Karibu

Shungu pour dire ce qui nous rassemble. Issu de la tradition comorienne, le shungu est la suite conjuguée des divers mondes, qui se sont rencontrés et confrontés dans cet archipel de l’océan indien, où la notion glissantienne du Tout-Monde se fait jour à chaque instant. Complexité et mondialité en sont des éléments-clés. Et nous nous en inspirons pour échapper aux certitudes qui nuisent. Pour les gens du shungu, on ne naît pas humain. On le devient, en contribuant à la fabrique des communs. Dans le shungu, s’exprime un univers d’espérances, portée par une nouvelle humanité, à même de faire face à l’imprévu de la relation. Nous disons également shungu pour signifier le cercle reliant les éléments porteurs de notre écosystème. Shungu en langue shikomori ramène à la circularité des éléments qui fondent une société. 21 vient à la suite du mot shungu, afin de prendre date de la manière dont nos histoires se rejoignent à nouveau en cette année 2021. Dans la perspective d’un cycle de 7 années à vivre au service de la création. Au rythme d’un imaginaire débridé, tout droit venu des îles de lune[1]


[1] L’image en Une figure les hauteurs de la ville de Mamoudzou, chef-lieu de la quatrième île des Comores (pays de lune), également connu sous l’ancien nom de Momoju. Malgré le poids de l’histoire coloniale, Mayotte, où se trouve Mamoudzou, est encore imbriquée – avec une vingtaine de résolutions aux Nations Unies – dans le destin de cet archipel.

Articles récents

Au bord de la Vézère

Un tour en Corrèze où BillKiss* I O Mcezo* est accueillie en résidence par la ville d’Uzerche, avec le soutien de la DRAC Nouvelle-Aquitaine. Un tour en Corrèze pour un shungu au bord de la Vézère, samedi 2 juillet 2022. Sous la forme d’un banquet citoyen, une performance déambulatoire, inspirée du shungu des Anciens, au […]

Des livres à histoire(s)

Plus d’auteurs, plus de manuscrits, et si peu de lecteurs. L’édition comorienne va mal et se cherche sans cesse un nouveau souffle. De nouvelles maisons voient le jour, cependant, rejoignant la première de toutes – Komedit – dans son désir de faire exister les Comores par le livre. Bilk & Soul en profite de son […]

Un nouvel opus en vue

Dix ans après le premier album – Chants de lune et d’espérance, sorti chez Buda Musique en 2012 et salué par le jury de l’Académie Charles Cros en 2013 – Mwezi WaQ. retrouve le chemin du studio. A la rue Bleu, à Villemomble, en région parisienne. Avec Cédric Baud, ici aux manettes. Le blues des […]

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.